Politique

Réponse au billet de M. Kaburahe « Le droit à une seconde chance »

04/12/2019 La Rédaction Commentaires fermés sur Réponse au billet de M. Kaburahe « Le droit à une seconde chance »

J’ai lu avec intérêt le billet d’Antoine Kaburahele billet d’Antoine Kaburahe publié dans le journal Iwacu. Je voudrais brièvement réagir en trois points.

1. Je suis opposé à toute violence et ce qui est arrivé aux lycéens de Kibimba m’a choqué. Je profite de cette occasion pour exprimer encore ma sympathie à toutes les personnes qui ont perdu les leurs à Kibimba, mais aussi à toutes les victimes, sans distinction aucune, de nos luttes fratricides.

2. Pour revenir à cet article, il faut le restituer dans le contexte d’alors, après le coup d’Etat d’octobre 1993 et les massacres qui ont suivi. A cette époque, la société était terriblement polarisée, les Hutus et les Tutsi, très divisés. Je pourrais moi aussi exhumer des articles très virulents, mais ce n’est pas le but de ma réaction.

3. Dans cet article, je m’insurgeais contre le président d’alors , M. Ntibantunganya qui était parti à Kibimba. J’estimais que le président devait également se rendre vers des sites où des Hutus avaient été massacrés. Il y en avait beaucoup. Encore une fois, il faut se replacer dans le contexte du moment.

Conclusion

J’assume avoir voulu l’égalité de tous. Je n’ai jamais lutté contre l’ethnie tutsi dans son ensemble, mais contre une clique de dirigeants qui tenaient le pouvoir d’une main de fer “au nom des Tutsi“. Je n’ai jamais prôné la violence. A Kamenge, j’ai vu naître la rébellion armée. J’ai vu des amis prendre les armes et rejoindre le maquis. Je n’ai jamais été tenté. J’ai toujours cru , et j’y crois encore, dans une lutte pacifique, démocratique.

Quand le CNDD-FDD (dont j’ai soutenu la gestation) a pris le pouvoir et adopté un comportement proche des pouvoirs que j’ai combattus, je me suis retrouvé à l’opposition contre mes anciens amis de lutte et je suis resté en exil à cause de mes convictions incompatibles avec celles du nouveau pouvoir.

Je pense que nous pouvons avancer ensemble sur le chemin de la réconciliation et du développement. On ne peut pas en effet me « réduire à un article » qui date de 1993. Oui, j’ai changé, j’ai évolué, j’ai mûri.

Comme disait le Prince Rwagasore, je vous demande de me juger sur mes actes et «  votre fierté sera notre satisfaction”

Anicet Niyonkuru,
Président du Parti CDP.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une ère nouvelle s’est ouverte à Kayogoro pour la presse ?

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Une ère nouvelle s’est ouverte à Kayogoro pour la presse ?

Une équipe de reporters d’Iwacu rentre de plusieurs jours d’investigation dans le sud du Burundi. Une affaire défraie la chronique. Des policiers, des autorités à la base, des jeunes Imbonerakure sont accusés d’extorsion de fonds et d’assassinats. Les victimes sont (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 641 users online