Économie

Quand le «made in Burundi» peine à s’écouler

08/10/2019 Mariette Rigumye Commentaires fermés sur Quand le «made in Burundi» peine à s’écouler
Quand le «made in Burundi» peine à s’écouler
Un des stands des chaussures

L’association des jeunes artistes, maquettistes et plasticiens du Burundi (Ajamap) a lancé, ce lundi 7 octobre, la 2e édition de l’exposition nationale des produits artisanaux. Plusieurs participants estiment que le secteur artisanal est confronté à de nombreux défis.

Chaussures en cuir, corbeilles, paniers, sacs, tableaux pour décors, … la liste n’est pas exhaustive, sont quelques-uns des produits qui seront vendus au cours de la 2ème édition de l’exposition nationale des produits artisanaux « made in au Burundi ».

Sur les 150 stands prévus pour l’exposition, à peu près 95 sont fonctionnels. Aaron Hatungimana, indique le président de l’Ajamap. Certains des jeunes attendus n’ont pas trouvé de moyens pour y participer. « La plupart provient des provinces éloignées de la capitale».

M. Hatungimana rappelle que le but de cette exposition est de rassembler tous les jeunes artistes et entrepreneurs afin de leur donner une plateforme de promotion de leurs produits. « Ça sera une occasion pour eux de collaborer et de partager des expériences afin qu’ils puissent se développer et s’autofinancer». Et de déplorer : « La commercialisation des produits made in Burundi est peu développée par rapport aux autres pays de la région Est africaine ». Aaron Hatungimana, souligne qu’ailleurs, les artistes «sont plus instruits et développés ».

Les artistes appelés à travailler en association

Cette faible commercialisation est due, selon lui, notamment au manque d’engouement des Burundais pour les produits au pays. En outre, regrette-t-il, la matière première nécessaire pour la fabrication est souvent coûteuse par rapport aux moyens des artistes.

Entre autres solutions aux défis le président de l’Ajamap appelle le gouvernement à exonérer l’importation de la matière première que les artistes utilisent.

Aimable Nkunzumwami, Directeur général de la Culture et des arts au ministère de la Culture et des Sports salue cette activité. . «Cette exposition est une occasion importante pour faire écouler les produits fabriqués au Burundi ». Et il en profite pour inviter les s artistes à travailler en association.

Bernadette Nzokira, fabrique des colliers et des couverts de table. Elle estime que cette exposition sera une opportunité de faire connaître ses produits.

De son côté, Isaïe Ndayihimbaze, artisan des vases à partir du plastique et du sisal, se dit désormais chanceux. Il espère accéder à un vaste marché pour l’écoulement de ses produits.

La 2ème édition de l’exposition nationale des produits made in Burundi a été organisée par l’Ajamap en partenariat avec le conseil pour l’éducation et le développement (Coped). L’exposition se tiendra durant 12 jours, du 4 au 16 octobre.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

« Juger est un métier »

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur « Juger est un métier »

A tort ou à raison, la justice burundaise a été vilipendée, diffamée, décriée surtout par ceux qui n’arrivent pas à avoir gain de cause. Des expressions défaitistes sont devenues monnaie courante : « deux poids deux mesures, une justice à (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 363 users online