EN

Politique

Pierre Buyoya : « Se présenter au Burundi pour un procès équivaut à un suicide »

24/10/2020 Fabrice Manirakiza Commentaires fermés sur Pierre Buyoya : « Se présenter au Burundi pour un procès équivaut à un suicide »
Pierre Buyoya : « Se présenter au Burundi pour un procès équivaut à un suicide »
Pierre Buyoya : « Toutes les lois de la République du Burundi ont été violées au cours de ce procès.»

« Nous rejetons le verdict prononcé ce 19 octobre 2020 dans le dossier Ndadaye. Il s’agit d’un dossier politique mené de manière scandaleuse en violation de toutes les règles de droit. Nous décidons de faire appel devant les juridictions burundaises et le moment venu devant les tribunaux extérieurs », a déclaré, ce vendredi 23 octobre, l’ancien président de la République, Pierre Buyoya, lors d’une conférence de presse à Bamako au Mali. L’actuel Chef de la Mission de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel (MISAHEL) estime que, compte tenu de l’état des droits de l’Homme au Burundi, se présenter pour faire face au procès équivaudrait à un suicide.

En novembre 2018, le gouvernement du Burundi avait lancé un mandat d’arrêt international accusant l’ancien président Buyoya d’avoir trempé dans l’assassinat du premier président démocratiquement élu, Melchior Ndadaye. « Pour nous, il s’agit d’une mascarade de procès. C’est du jamais vu dans les annales de la justice en Afrique et au Burundi. »

D’après Pierre Buyoya, toutes les lois de la République du Burundi ont été violées au cours de ce procès. Il explique : « Premièrement, cette affaire avait été jugée en 1996. Sa réouverture n’a respectée aucune règle. Elle l’a été pour des raisons purement politiques. Deuxièmement, cette affaire était frappée de prescription. Le Code pénale de 1981 qui était en vigueur au moment de l’assassinat du président Ndadaye est claire. Il fixe la prescription des poursuites à 20 ans. »

Rappelons que l’ancien président Pierre Buyoya, ainsi que 19 de ses anciens collaborateurs dans le gouvernement, dans le parti et dans l’armée, ont été condamnés à la prison à perpétuité, trois ont écopé de 20 ans de servitude pénale et Antoine Nduwayo, ancien premier ministre, a été acquitté.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Traduire les paroles en actes

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Traduire les paroles en actes

A Karusi lors de la clôture de la semaine dédiée aux héros de la lutte pour la paix et la démocratie, le Président a encore déclaré la guerre à la corruption : « Nous n’allons en aucun cas tolérer les (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 329 users online