#FREE
EN

Société

Messages ethnicisants, ennemi de la stabilité du pays

25/09/2020 Jérémie Misago Commentaires fermés sur Messages ethnicisants, ennemi de la stabilité du pays
Messages ethnicisants, ennemi de la stabilité du pays
Rémy Havyarimana : « Ces messages ethnicisants sont dangereux.»

Dans les pays meurtris par des crises répétitives, les propos ethnicisant sont monnaie courante. Les réseaux sociaux sont des canaux privilégiés. Eclairage de Rémy Havyarimana, coordinateur de la Maison Lueur d’Espoir œuvrant dans le domaine de la résolution pacifique des conflits.

« Les discours ethnicisants se transmettent dans les pays meurtris comme le Burundi par des crises répétitives. La population burundaise sort timidement de la longue crise. La guerre du point de vue pensée est encore vive, ce qui fait que toutes ces blessures qui n’ont pas été soignées restent vives et la réaction est toujours dangereuse car les gens s’expriment dans des termes très durs qui renferment de la haine », Rémy Havyarimana, coordinateur de la Maison Lueur d’Espoir œuvrant dans le domaine de la résolution pacifique des conflits.

Ces derniers veulent parfois, explique M. Havyarimana, se venger contre les membres de l’autre groupe ou montrer qu’ils n’ont  pas d’humanité. « L’objectif est de faire  souffrir les membres du groupe antagoniste, mais aussi de se venger de  de ce qu’ils n’ont pas pu faire au moment de la crise. Comme ce n’est pas possible de l’atteindre physiquement, ils le font moralement. Ce message qui passe sur les réseaux sociaux va toucher même son entourage qui se rend compte du mal réel ou supposé qu’ils ont fait».

Remy Havyarimana prévient que si rien n’est fait le pays peut encore  basculer dans les vengeances et  la violence. « Ces messages de haine se concrétisent par des actes de violence. Des atrocités renaissent. Des morts, des deuils, des réfugiés. Finalement, c’est la remise à plat de l’économie du pays. La guerre commence dans les esprits. C’est de la pensée que naît la violence».

Dans la  lutte contre ces discours, assure-t-il, les autorités ont une place privilégiée pour asseoir la réconciliation de tous les groupes sociaux qui sont des anciens belligérants.  Il propose une politique volontariste du gouvernement  pour s’attaquer aux  méfaits des discours de haine et  apaiser les esprits. « La confrontation armée a pris fin. C’est le résultat des efforts déployés par les autorités du pays. Mais la guerre au niveau des cœurs est toujours vive. La procédure doit être la même ».

Outre la nécessité de faire comprendre à la population qu’il faut vivre dans l’harmonie, les autorités doivent se prononcer et faire arrêter ces messages ethnicisants. «La population a   trop souffert. Il faut que cette sale besogne cesse», conclut-il.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’emprisonnement de Banciryanino, un mauvais précédent ?

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur L’emprisonnement de Banciryanino, un mauvais précédent ?

L’arrestation puis l’emprisonnement de Fabien Banciryanino, un député indépendant sous la dernière législature, a créé un certain émoi et a« fait le buzz » surtout sur les réseaux sociaux. Officiellement, c’est pour « rébellion, dénonciations calomnieuses et atteinte à la (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 210 users online