Société

« Même l’annonce d’un décès exige des termes spécifiques pour ne pas blesser la famille éprouvée »

30/06/2020 Jérémie Misago Commentaires fermés sur « Même l’annonce d’un décès exige des termes spécifiques pour ne pas blesser la famille éprouvée »
« Même  l’annonce d’un décès exige des  termes spécifiques pour ne pas blesser la famille éprouvée »
Jérôme Niyonzima : « Il faut compatir avec ceux qui souffrent.»

Certains groupes de gens n’éprouvent aucune compassion envers des familles éprouvées. Que devrait être l’attitude et message dans pareille situation ? Jérôme Niyonzima, journaliste œuvrant dans le domaine de la résolution des conflits tente de nous éclairer.

« Aucun un motif valable dans le monde encore moins au Burundi ne peut justifier le fait de se réjouir des malheurs des autres surtout quand des familles sont éprouvées. Célébrer la mort d’un humain ou malheur qui arrive à certains, risque d’être un piège pour ceux qui le font. Demain au lieu de trouver des solutions à vos conflits, ils ne pourront que s’aggraver», observe Jérôme Niyonzima, journaliste œuvrant dans le domaine de la résolution pacifique des conflits.

Pour lui, cette situation s’explique par un développement des antivaleurs. C’est la non-observation des valeurs intrinsèques à la culture et la tradition burundaises ainsi qu’à l’humanité en général. « Autant les hommes sont diversifiés, autant leurs esprits sont diversifiés. Le fait de se réjouir des malheurs des autres ou montrer la fierté quand les autres perdent les leurs émane d’un manque d’humanité, c’est un esprit contraire aux valeurs universelles».

L’humanité, fait savoir M.Niyonzima, exige la compassion et solidarité avec ceux qui souffrent et la réjouissance avec ceux qui sont dans le bonheur. Cette vertu consolide la cohésion sociale et suppose le respect de la dignité.

Quels risques ?

Pour Jérôme Niyonzima, ces antivaleurs ont des conséquences sur la cohésion sociale. Il parle d’abord des répercussions sur l’éducation des générations futures : « Ces jeunes enfants qui grandissent dans un climat où les gens n’ont plus besoin de compassion risquent de croire que cette manière de vivre est une valeur. Mais c’est une antivaleur. Ils risquent de considérer les autres comme des sauvages.»

Ensuite, il estime que la gestion du conflit du passé non résolu entre les communautés risque de se compliquer : « Les membres de groupes antagonistes peuvent se déshumaniser, se considérant mutuellement comme des sauvages. A ce stade, il est très facile de s’éliminer physiquement. » Et de mettre en garde : « La situation dégénère jusqu’au massacre entre groupes.»

Ce journaliste œuvrant dans le domaine de la résolution pacifique des conflits prône la décence telle qu’elle est défendue par les convenances ou les règles de la société. « Même l’annonce d’un décès exige des termes spécifiques pour ne pas blesser la famille éprouvée. Il a rendu l’âme, il est parti tôt, il est dans l’Au-delà comme si il n’était pas mort. C’est une façon d’atténuer la douleur». Et d’insister sur le respect des valeurs de solidarité, l’humanité et la pudeur.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une ère nouvelle s’est ouverte à Kayogoro pour la presse ?

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Une ère nouvelle s’est ouverte à Kayogoro pour la presse ?

Une équipe de reporters d’Iwacu rentre de plusieurs jours d’investigation dans le sud du Burundi. Une affaire défraie la chronique. Des policiers, des autorités à la base, des jeunes Imbonerakure sont accusés d’extorsion de fonds et d’assassinats. Les victimes sont (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 206 users online