Publireportages

L’OMS accompagne le Burundi dans la Prévention et le Contrôle des Infections

09/08/2019 La Rédaction Commentaires fermés sur L’OMS accompagne le Burundi dans la Prévention et le Contrôle des Infections
L’OMS accompagne le Burundi dans la Prévention et le Contrôle des Infections
Dr Walter Kazadi Mulombo : "La prévention et le contrôle de l'infection est un pilier incontournable dans la préparation à la riposte à virus Ebola"

Le Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida a organisé, du 16 juillet au 2 août, une série de formations en cascade sur la prévention et le contrôle des infections (PCI) à l’intention des prestataires de santé de 21 districts sanitaires dits « prioritaires », avec l’appui de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). L’OMS réitère son engagement à soutenir et accompagner le Burundi dans la préparation à faire face à la Maladie à Virus Ebola.

Médecins, infirmiers, brancardiers, nettoyeurs, etc., ils ont en commun l’exercice de la profession de prestataires des soins. Ils proviennent de 21 districts prioritaires dans la préparation à la riposte contre la Maladie à Virus Ebola. Ils ont récemment suivi des formations, sur la prévention et contrôle des infections(PCI).

Ces formations avaient pour objectif de renforcer les capacités des districts sanitaires bénéficiaires sur les mesures de Prévention et Contrôle des Infections de base, et former les prestataires de soins en PCI de base et triage et isolement. Les formations devaient aussi permettre de former le personnel d’appui sur la Maladie à Virus Ebola, ainsi que sur les mesures spécifiques de prise en charge de cas suspects.

«Pour l’OMS, la Prévention et Contrôle de l’Infection est un pilier incontournable dans la préparation à la riposte contre la Maladie à Virus Ebola, de par sa mission de contrôle et de prévention des infections et associées aux soins et de combattre la résistance aux antis microbien », a dit le Dr. Walter Kazadi Mulombo, Représentant de l’OMS au Burundi. L’OMS a appuyé le MSPLS à travers ces formations, afin de s’assurer que les districts disposent des capacités requises afin d’être capable d’identifier, isoler et prendre en charge un cas suspects et/ou confirmé. C’était aussi une opportunité de contribuer au renforcement du système de santé du Burundi, car la PCI s’applique aussi dans la lutte contre d’autres maladies infectieuses, comme le Choléra. »

Depuis la déclaration de la 10ème épidémie de la Maladie à Virus Ebola dans l’Est de la République Démocratique du Congo, le MSPLS, avec l’appui des partenaires dont l’OMS, a initié un certain nombre d’activités incluant notamment la classification des districts sanitaires en mode prioritaire pour tous les districts frontaliers à la RDC, le Rwanda et une partie de la Tanzanie.

Ici, c’est à Kabezi, le professeur Chedly, expert de l’OMS, explique aux professionnels de santé l’importance de la PCI en vue de lutter contre Ebola notamment.

1836 professionnels de santé dont 1029 prestataires des soins (médecins, infirmiers, techniciens de laboratoire et sages-femmes), 836 personnels d’appui (techniciens de surface ou nettoyeurs, des ambulanciers et des brancardiers), ont bénéficié de ces formations, qui ont été faites aux chefs-lieux des districts. Les formations étaient assurées par 89 formateurs nationaux en PCI du niveau central du Ministère et de chaque district, avec l’appui technique des experts de l’OMS. Toutes les formations ont été accompagnées et supervisées par des équipes conjointes MSPLS-OMS.

«Les bénéficiaires ont vu leurs capacités renforcées dans la mise en pratique des précautions standards et spécifiques, nous dit le Dr. Jimmy Pacifique Nicimpaye, Médecin Directeur de l’Hôpital de Gatumba et formateur national en PCI. Les modules ont principalement porté sur l’hygiène des mains, le port et retrait des Equipement de Protection Individuelle (EPI), la décontamination du matériel de soins, l’hygiène de surface et des locaux, la gestion des déchets, la gestion du linge, la prévention des accidents explosant au sang et liquides biologiques, et les préparations chlorées. »

Des formations qui arrivent à point nommé !

Dr. Arcade Hatungimana, médecin chef de district de Kabezi, indique que cette formation était nécessaire dans la mesure où elle leur a permis de renforcer les connaissances et leur a permis de profiter de l’expertise de l’OMS, pour mettre à niveau les formations sanitaires du district dont il a la charge.

Carmen Terimbere est Chef des soins infirmiers à l‘Hôpital Kira. Elle indique que la formation a été pour elle une occasion de rafraichissement de ses connaissances : « La PCI n’était pas une notion nouvelle pour moi. Mais cette formation m’a permis en tant que responsable des soins infirmiers, de revoir où est j’en étais avec mon plan d’action, ainsi que dans la mise à niveau de l’hôpital Kira».
Carmen s’est réjouie que cette formation ait été étendu aux structures privées, y compris la sienne : « Avant, j’avais de la peine à convaincre mes supérieurs sur la nécessité d’investir davantage dans la PCI ; que mes collègues aient été présents, cela va renforcer mon plaidoyer auprès de la direction, car cette fois-ci nous serons nombreux à parler un même langage et j’espère ainsi pouvoir faire avancer cette cause».

Dans le district Bujumbura-sud, la formation a eu lieu dans la zone de Musaga en commune Muha.

Quant au Dr. Yvette Nahimana, médecin au centre de santé de la Croix rouge Burundi de Kinindo, elle témoigne avoir beaucoup appris, y compris par rapport aux gestes du quotidien ; du moins, dans la pratique : « La formation a été très bénéfique car elle nous a permis de nous rendre compte que même les choses basiques comme le port des gants, leur enlèvement, le lavage des mains, etc., nous ne le faisions pas correctement».

Et d’ajouter qu’elle va faire une restitution et veiller à la mise en application des mesures PCI au sein de sa structure de santé : «je vais être un modèle dans la mise en pratique des connaissances que je viens de recevoir. Et en tant que future point focal PCI, je m’appliquerai dans la surveillance et le contrôle de qualité des prestations, notamment en ce qui concerne la décontamination du matériel des soins qu’on utilise à l’hôpital ; je veillerai à ce que tout le personnel suive les étapes principales pour que le matériel que nous utilisons soit stérilisé selon les règles ».

L’OMS réitère son appui au Burundi

L’OMS prévoit de poursuivre son appui au Burundi dans la mise en œuvre de la PCI, à travers un accompagnement soutenu des districts de santé prioritaire dans la Mise en place des zones de lavage de main, ainsi que des zones de triage et d’isolement dans toutes les formations sanitaires.
Les prochaines étapes consisteront aussi dans la mise ne place des comités d’hygiène, prévention et contrôle de l’infection dans les hôpitaux des districts, à travers notamment la désignation des points focaux PCI, qui seront chargés de créer les comités d’hygiène et PCI sous la tutelle du directeur de l’hôpital.

« Nous nous réjouissons que le Burundi ait accompli ce pas dans la préparation des districts à faire face à un cas éventuel de la MVE, car la PCI reste une approche pratique pour prévenir et contrôler les infections et d’éviter leur propagation dans la communauté, a poursuivi le Dr. Walter Kazadi Mulombo, Représentant de l’OMS au Burundi. En alignement avec sa mission qui est de promouvoir la santé, de préserver la sécurité mondiale et de servir les populations vulnérables, l’OMS continuera à appuyer le Burundi dans le renforcement des capacités des structures des soins à appliquer avec rigueur la PCI», a conclu le Représentant de l’OMS.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Un châtiment qui ne s’explique pas

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Un châtiment qui ne s’explique pas

Certains directeurs des écoles s’apprêteraient à « châtier » les lycéens coupables d’avoir déchiré leurs uniformes pour célébrer leur  joie de sortir du secondaire et d’accéder à l’enseignement supérieur. Iwacu et de nombreux lecteurs  se sont exprimés là-dessous. Parents, éducateurs, syndicalistes, autorités (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 294 users online