EN

Société

Les conducteurs de taxi-motos dans la tourmente

15/11/2020 Cressia Dushime Commentaires fermés sur Les conducteurs de taxi-motos dans la tourmente
Les conducteurs de taxi-motos dans la tourmente
« Chaque matin, on fait la même prière, celui de ne pas être arrêté à tout moment »

Des confiscations arbitraires par des policiers en tenue civile ainsi que le manque de carnets de contravention freinant l’acquittement des amendes ont été les points saillants de la réunion tenue par la police à l’endroit des conducteurs de taxi-motos à Bujumbura, ce jeudi 12 novembre 2020.

« Beaucoup de conducteurs de taxi-motos sont victimes de confiscations illégales de leurs motos, même s’ils sont en ordre », dénonce Jadot Nzitunga, président de l’Amotabu, l’association regroupant les conducteurs de taxi-motos.

M. Nzitunga affirme que ces confiscations arbitraires n’ont aucun fondement, d’autant plus que ces transporteurs sur motos ne reçoivent pas de contravention pour les infractions leur reprochées.

Pour le président de l’Amotabu, cette situation est inquiétante car, ces confiscations prennent plus de temps que prévu et elles se répercutent sur l’acquittement des amendes.

Népomuscène Ntakuwundi, responsable du parking de taxi-motos à Mirango II, s’indigne de cette situation. Il évoque des arrestations mystérieuses sur les arrêts de taxi-motos par des policiers en tenue civile où ces mêmes officiers vont jusqu’à inventer des infractions.

« Ils nous intiment l’ordre de ne pas bouger, mais c’est une façon de demander quelque chose avant de nous relâcher », témoigne un conducteur de taxi-moto en commune de Muha.

« Ils nous attendent sur au coin de rue. A défaut d’être en ordre avec les documents, ces policiers en tenue civil, nous accusent parfois d’être sur un parking non-autorisé », regrette Ntakuwundi.

L’officier de police, Moïse Nitereka, commissaire communal à Ntahangwa, ne nie pas ces pratiques. Néanmoins, il interpelle les conducteurs de taxi-motos à faire attention à ceux qui prennent souvent la relève, à la quête de quelques sous. «Ce sont ces derniers, qui, peut-être, vous induisent en erreur, renseignez-vous sur ce qu’ils font de vos motos », poursuit l’OPC2 M. Nitereka.

En outre, le commissaire communal à Ntahangwa parle d’un manque de carnet de contravention expliquant le long délai de confiscations des motos. Il demande à ce que ces carnets soient fournis en quantit��s suffisantes.

L’OPC2 Nitereka déplore les amendes exorbitantes que ces motards sont contraints de payer dans des périodes pouvant aller de 6 mois à 2 ans. « Il faut respecter les lois à l’interne. On ne peut pas interpeller les conducteurs de taxi-motos sans que nous aussi nous soyons en mesure d’être en ordre avec la loi », a-t-il faut remarquer tout en s’adressant aux autres officiers présents.

Le commissaire général de la police, Emile Manisha, qui dirigeait cette réunion a tenu à tranquilliser ces conducteurs de taxi-motos en leur demandant dorénavant, de ne plus accepter de se faire arrêter par ces prétendus policiers en tenue civile. Il a également promis, que dès ce lundi 16 novembre, les carnets de contravention seront mis à la disposition de la police routière.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Traduire les paroles en actes

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Traduire les paroles en actes

A Karusi lors de la clôture de la semaine dédiée aux héros de la lutte pour la paix et la démocratie, le Président a encore déclaré la guerre à la corruption : « Nous n’allons en aucun cas tolérer les (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 348 users online