#JeSuisIWACU

La confraternité

JOUR 29

19/11/2019 La Rédaction Commentaires fermés sur Jour29: La confraternité
#JeSuisIWACU

Ce mardi 19 novembre, nos amis Agnès, Christine, Terence, Egide et Adolphe viennent de passer 29 jours derrière les barreaux. Lundi 18 novembre, après une séance d’audition par les magistrats de la cour d’appel de Ntahangwa siégeant en chambre du conseil à la prison de Bubanza, les quatre journalistes d’Iwacu et leur chauffeur doivent attendre la décision de la dite chambre qui sera rendue ce mercredi 20 novembre. C’est dans ce contexte qu’une délégation de journalistes de la Radio Culture s’est rendue aujourd’hui auprès de leurs confrères et consœurs détenus à Bubanza en témoignage de solidarité et d’affection. Une visite qui a largement réconforté nos amis collègues incarcérés. Les soutiens demeurent et ne sont pas prêts de les lâcher.

Le mardi 22 octobre, vers midi, une équipe du journal Iwacu dépêchée pour couvrir des affrontements dans la région de Bubanza est arrêtée. Christine Kamikazi, Agnès Ndirubusa, Térence Mpozenzi, Egide Harerimana et leur chauffeur Adolphe Masabarakiza voient leur matériel et leurs téléphones portables saisis. Ils passeront une première nuit au cachot, jusqu'au samedi 26 octobre. Jusqu'alors, aucune charge n'était retenue contre eux. Mais le couperet est tombé : "complicité d'atteinte à la sécurité de l'Etat". Depuis l'arrestation de notre équipe, plusieurs organisations internationales ont réclamé leur libération. Ces quatre journalistes et leur chauffeur n'ont rien fait de plus que remplir leur mission d'informer. Des lecteurs et amis d'Iwacu ont lancé une pétition, réclamant également leur libération. Suite à une décision de la Cour d'appel de Bubanza, notre chauffeur Adolphe a retrouvé sa liberté. Ces événements nous rappellent une autre période sombre d'Iwacu, celle de la disparition de Jean Bigirimana, dont vous pouvez suivre ici le déroulement du dossier, qui a, lui aussi, profondément affecté notre rédaction.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué