Les billets d'Antoine Kaburahe

Il nous faut regarder…

07/01/2019 Antoine Kaburahe Commentaires fermés sur Il nous faut regarder…
Il nous faut regarder…

Il m’est très difficile de formuler des vœux, à moins de le faire mécaniquement comme beaucoup le font. C’est facile de grappiller quelques étoiles colorées sur le net et écrire dedans «Bonne année » et lancer aveuglément sur sa liste des contacts ou poster sur notre site. Mais quand on veut exprimer des vœux réfléchis, on se surprend à s’interroger.

Que dire à nos lecteurs, à ceux qui nous aiment, qui nous lisent, qui nous soutiennent, les amis de la liberté sous toutes ses formes…La bonne santé ? Oui, certainement. C’est essentiel. La paix, ensuite. Sans elle, nous risquons de continuer à être ce que nous avons toujours été, ce que nous sommes: un peuple inquiet.

Oui, en ce début d’année, l’inquiétude est le sentiment qui domine chez la plupart de Burundais , ceux qui sont à l’extérieur, pour des raisons que tout le monde peut comprendre, mais aussi chez nos compatriotes à l’intérieur du pays. La peur se retrouve dans toutes les couches de la société, même parmi ceux qui semblent « privilégiés ». Or, il est connu que la peur est un frein à tout : à la création, à l’investissement, à l’épanouissement. La peur est mortifère.

En ce début d’année, ce qu’il faut nous souhaiter mutuellement, c’est de résister à la peur ambiante, de continuer, malgré tout, à croire en nous. Comme chantait Jacques Brel, dans ce qui me semble un bel hymne à la vie, avoir la force de regarder«  derrière la saleté ». Par delà « les sanglots et les pleurs », «  des cris de colère » et « des hommes qui ont peur ». Il nous faut regarder « ce qu’il y’a de beau ».

Bref, rester vigilant pour ne pas perdre ce que nous avons de plus précieux : la foi dans la vie, dans l’avenir, malgré tout. Bonne année 2019.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Non au rapatriement forcé

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Non au rapatriement forcé

Les réfugiés burundais vivant dans les camps en Tanzanie sont sommés de revenir au bercail « de gré ou de force ». Un accord de rapatriement a même été conclu entre les ministres burundais et tanzanien de l’Intérieur. Ce document qualifié de (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 247 users online