Société

Gitega : Les déplacés de Mutaho ont peur

06/09/2019 Edouard Nkurunziza Commentaires fermés sur Gitega : Les déplacés de Mutaho ont peur
Gitega : Les déplacés de Mutaho ont peur
A Mutaho, certains motards se disent inquiets après les affrontements de vendredi 23 août entre eux et la police.

A Mutaho, la police a effectué une fouille-perquisition très mal vécue par les habitants. Les déplacés de ce site dénoncent un acharnement du nouveau commissaire communal qui aurait d’autres « visées. » L’administration joue à l’apaisement. Deux reporters d’Iwacu ont été à Mutaho. Récit.

Quelques vélos, quelques motos, des piétons. La circulation n’est pas intense au centre commercial de Mutaho, lundi 2 septembre. A l’entrée du marché, trois hommes enthousiastes  finissent l’abattage d’une chèvre.  Cinq jeunes hommes, désœuvrés, sont assis dans différentes paillotes du bar communal…

L’atmosphère change néanmoins,  à moins d’un kilomètre plus loin, dans le site des déplacés de Mutaho, près du chef-lieu communal. Tout  commence vendredi 23 août. Des fouilles-perquisitions qui y sont menées se soldent par plusieurs arrestations et des fuites.

Selon les témoignages,  la tension  naît d’une campagne de saisie des motos qui ne sont pas en ordre avec le Code de la route, selon la police.

Ce vendredi soir, au  parc de stationnement du  centre de négoce de Mutaho, des policiers, conduits par le commissaire communal de la police saisissent des mots. Mais la tâche  n’est pas facile.  Révoltés par cette saisie, certains jeunes motards du site engagent  le bras de fer. Ils  réussissent  à arracher quelques motos des mains des policiers et prennent le large, empruntant toutes les directions.

Les policiers, outrés,  par le ‘‘mépris’’,  furieux,  se dirigent vers le site des déplacés, non loin de là sur le lieu où plusieurs jeunes motards ont l’habitude d’attendre les clients. Néanmoins,  déjà avertis, la plupart des motards ne sont plus sur les lieux.  Sur le lieu, les policiers ne rencontrent qu’un certain « Richard. »

Les affrontements

La police essaie de saisir la moto de Richard de force. Depuis peu, les motards du site de Mutaho se  disent dans le collimateur du nouveau commissaire communal de la police. «Il jurait depuis quelques jours de  saisir nos motos pour nous les remettre contre des pots de vin», confie un des jeunes du site.

Le motard prénommé Richard résiste, refuse de lâcher  sa moto. Le bras de fer s’engage. Le motard bénéficie soudain des soutiens de ses voisins. Des querelles, des affrontements éclatent, la situation s’envenime. Des pierres sont lancées contre des policiers. Finalement, la moto ne sera pas saisie.

Il s’en suivra une ‘‘chasse’’ aux motards, taxi-vélo et ceux qui vendent du carburant dans le site. Dans la matinée de samedi 31 août, des agents de police se rendent chez un certain Prosper, chef des motards du site de Mutaho. Celui-ci devait les aider notamment à trouver le fameux Richard,  mais aussi Epipode, Bosco, Jean-Marie… tous des motards. Mais dans la foulée des affrontements la plupart parmi eux ont déjà pris fuite, Les fouilles vont se poursuivre tout au long de ce samedi jusqu’à dimanche. Au total, sept jeunes hommes seront arrêtés et conduits manu militari à la prison centrale de Gitega.  Le site reste assiégé. Terrorisés, d’autres déplacés vont prendre le large. Parmi les fugitifs, nos sources parlent notamment de Dieudonné, Bosco, Dévote, etc.

Ces déplacés de la crise de 1993 dénoncent un acharnement. Ils se disent vaincus par la peur. «Nous allons aussi fuir. A l’approche des élections, nous savons qu’il y a toujours des plans de nous emprisonner.» Pour eux, ces fouilles-perquisitions auraient d’autres « visées », « inavouées. »

Une fouille-perquisition aux mobiles politiques ?

Selon des témoignages, la fouille-perquisition de vendredi, 23 août,    cacherait des visées politiques. Le parti CNL devait en effet inaugurer la permanence communale, dimanche 1er septembre.  Or, les administratifs locaux et le parti au pouvoir considéreraient le site de Mutaho comme un fief, une ‘‘concentration des militants de ce parti».

La fouille serait un prétexte de les empêcher à participer aux cérémonies d’ouverture de la permanence. «Depuis, nous sommes restés encerclés jusqu’à dimanche».

Ce dimanche, disent ces habitants du site, seules quelques femmes ont pu avoir accès  aux cérémonies. «Les jeunes ne pouvaient pas s’aventurer sans se faire arrêter».

Les déplacés de Mutaho dénoncent de graves menaces  qui pesaient sur eux.  «Nous avons été menacés de mort».  Les jeunes de ce site seraient en effet accusés de vouloir torpiller le processus électoral imminent.  «On nous taxait, avec les jeunes déplacés du site de Bugendana, de récalcitrants».

Le nouveau commissaire communal de la  police aurait dit avoir l’objectif de ‘‘ramener à l’ordre’’ ces jeunes. Ces déplacés affirment d’ailleurs que le courant ne passe plus entre l’administrateur communal et le nouveau commissaire communal de la police.

Contacté, ce dernier s’est refusé à  tout commentaire au sujet de ces allégations.

L’administration parle d’une situation normale

« Personne ne peut nier que cet incident a eu lieu. Seulement, je ne suis pas le mieux placé pour parler au nom de la police », réagit Denis Niyomuhanyi, administrateur de la commune Mutaho. Selon lui, la fouille visait la vérification  des documents des motos et contraindre les propriétaires  à se conformer  au Code de la route.  « Elle n’était pas destinée au site de déplacés ».  Il affirme que certains motards ont tenté de résister. Puis, des jeunes ont été arrêtés. « Après interrogatoire, certains ont été relâchés. »

Selon Denis Niyomuhanyi, administrateur communal, la situation est actuellement normale.

Il assure que la situation est actuellement normale.  Cet administratif affirme que les relations entre lui et le  commissaire communal de la police sont bonnes : « Car, au cas contraire,  j’aurais  déjà  demandé  sa mutation.»

Néanmoins,  il reconnaît qu’il a joué la médiation entre les jeunes et les policiers après cet incident : « Je lui ai proposé qu’on allège les punitions. Car, si les motards désertent Mutaho, c’est une grande perte pour la commune. »

En effet, justifie-t-il, avec cette opération, beaucoup de motards ont pris le large vers les communes frontalières, d’autres ont caché leurs motos. « Or, ce sont ces motards qui assurent le transport des malades, des personnes, des marchandises,  des fonctionnaires, etc. » 

L’administrateur conseille aux motards de se conformer  au Code de la route au lieu de fuir la commune. Il encourage les policiers à poursuivre leur travail dans le respect de la loi.

Quant aux inquiétudes des déplacés  de Mutaho pour 2020, M.Niyomuhanyi  tranquillise : « Soyez rassurés, il n’y aura plus de guerre au Burundi. Les forces de l’ordre et de sécurité sont apolitiques et sont là pour les protéger. »

                                        

Edouard Nkurunziza & Rénovat Ndabashinze

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Non au rapatriement forcé

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Non au rapatriement forcé

Les réfugiés burundais vivant dans les camps en Tanzanie sont sommés de revenir au bercail « de gré ou de force ». Un accord de rapatriement a même été conclu entre les ministres burundais et tanzanien de l’Intérieur. Ce document qualifié de (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 305 users online