Environnement

Gihosha : Bras de fer entre la Nyakabugu et ses riverains

29/07/2020 Emery Kwizera Commentaires fermés sur Gihosha : Bras de fer entre la Nyakabugu et ses riverains
Gihosha : Bras de fer entre la Nyakabugu et ses riverains
Des bambous qui étaient plantés pour protéger les maisons se sont écroulés avec le sol et poussent dans le ravin.

La petite rivière Nyakabugu qui traverse le quartier Nyabagere en zone Gihosha en mairie de Bujumbura et ses riverains ne font pas bon ménage. Malgré l’effort qu’ils fournissent, cette rivière ne cesse d’emporter leurs maisons et terres. La fabrication des briques vient enfoncer le clou.

Tout au long de la rivière Nyakabugu, entre la cellule III et IV du quartier Nyabagere en zone Gihosha de la commune Ntahangwa, une fabrique de briques cuites. Une véritable briqueterie en cette contrée de la mairie de Bujumbura. Des jeunes, des hommes, des écoliers et élèves en vacances s’activent au travail.

Ces briques sont presque partout, sur les rives, dans le  ravin creusé par la rivière, etc. Au bord du ravin, des habitations. Certains  habitants disent que  la production des briques est leur gagne-pain. Selon eux, le problème d’érosion n’est pas lié à la production des briques. Plutôt, les  fortes précipitations lors de la saison des pluies sont en cause. « Tout près de chez moi, on ne fabrique pas de briques, mais ma maison est déjà fissurée. Est-ce que je peux accuser ces gens qui fabriquent des briques ? », se demande une riveraine rencontré à Nyabagere.

Malgré le danger imminent, les habitants y vivent toujours. Et la fabrication des briques se poursuit. Certaines familles voudraient déménager, mais les  moyens leur font défaut. « Maintenant,  je dors car c’est la saison sèche. Nous aimerions que l’Etat nous trouve une autre parcelle, sinon je suis sûre  que quand  il pleuvra, nous ne serons pas en sécurité »,  confie une jeune mère  de trois enfants.

« De fortes pluies ont fragilisé le sol »

« La petite rivière nous menace car pendant la période des pluies, elle cause beaucoup de dégâts. Elle emporte nos maisons et nos enfants qui vont à l’école. Nous demandons au gouvernement de canaliser cette rivière», s’écrie Nathanaël Rusiga  la cinquantaine, riverain de Nyakabugu. Et de demander au ministère de l’Environnement d’organiser la plantation des arbres  tout au long de cette rivière dans son projet « Ewe Burundi urambaye. »

La maison Sylvère Minani, père de trois enfants, riverain de Nyakabugu, est au bord de l’effondrement. Il ne sait pas à quel saint se vouer : « Les pluies de l’année dernières ont été trop abondantes. Quand on a acheté cette parcelle, le sol était dur. Nous demandons aux autorités de stabiliser cette rivière. »

Les habitants de la localité s’accordent pour dire que les pluies ont fait que les sols se fragilisent. Même les bambous qu’ils avaient plantés pour bloquer la Nyakabugu se sont déplacés avec la terre qui s’est effondrée. « Ils sont très vite dépassés et s’écroulent».

Le chef de Zone Gihosha s’est rendu sur les lieux ce mardi 28 février. Floribert Sibomana reconnaît le danger de ces travaux.  Il a ordonné  à tous les exploitants de ce site de cesser toute activité de fabrication des briques.   Il soutient qu’il n’était pas au courant de la situation qui prévaut dans le quartier Nyabagere, cellule IV.

Et d’ajouter qu’il va interdire les travaux de production des briques pour limiter les dégâts. Une décision déjà en vigueur sur les rives de la  rivière Nyabagere traversant aussi la zone Gihosha.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité a annoncé aux hauts responsables du ministère la tolérance zéro à quiconque se rendra coupable de la corruption et de la criminalité, priorité du gouvernement. Il a aussitôt joint l’acte à la (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 330 users online