Sports

Diabète : l’accès au traitement, un casse-tête

15/11/2019 Hervé Mugisha Commentaires fermés sur Diabète : l’accès au traitement, un casse-tête
Diabète : l’accès au traitement, un casse-tête
Des personnes en train d'être dépistées.

Malgré la volonté du gouvernement et de ses partenaires d’endiguer ce tueur silencieux, force est de constater qu’une étape reste à franchir. Faute d’accessibilité ou de disponibilité de médicaments, des gens en sont privés pendant des mois.

La cinquantaine, Imelde est diabétique depuis bientôt 7 ans. Un ami d’infortune, comme elle aime le dire. Mais, une amitié qui a des exigences. « Au quotidien, je dois m’astreindre à un régime alimentaire bien particulier et prendre convenablement mes cachets de glucophage ». Le hic, deux semaines viennent de s’écouler sans qu’elle en aperçoive dans les rayons des pharmacies de sa Tora natale (commune Mugamba). Un sérieux problème. Les pics de son taux de glycémie commencent �� engendrer des complications. « Outre les bouffées de chaleur, il m’est difficile de voir les objets près de moi ».

Face à cette situation, elle avoue s’être rendue à Ijenda pour voir si elle peut trouver cette molécule, en vain. Idem pour Marc.Hospitalisé d’urgence suite à une complication due à une plaie causée par l’elisipele (bactérie), son état, au fil du temps, s’est dégradé.
Au passage, nécessitant une injection d’un médicament qui coûte environ 120.000BIF par jour. Couvert par une assurance, il s’en sort les premiers jours, avant que celle-ci ne lui fasse savoir qu’elle est dans l’incapacité de continuer à payer son traitement. Il ne vaudra son secours qu’à la bienveillance de la famille.

Une situation exaspérante pour les affiliés de la mutuelle de la fonction publique. K.G., un de ceux-là, sous insuline depuis 3 ans, confie que des pharmacies lui en ont refusé. Le prétexte : l’indisponibilité. Pourtant, à sa grande surprise, poursuit-il, lorsque venait un patient qui en achète à 100%, la molécule devenait disponible.

Une synergie d’actions

La prévention étant la pierre angulaire de cette lutte, Etienne Niyonzima, directeur du programme en charge des maladies chroniques, indique que le gouvernement a pris à bras le corps la question quoique des disparités restent. « Tels les antipaludiques, les médicaments pour les diabétiques existent dans les structures sanitaires de base ». Bien que reconnaissant que des ruptures de stocks peuvent surgir, M .Niyonzima estime que pour une lutte efficace une synergie d’actions s’impose.

Un avis partagé par Dr Alexis Niziyigimana, épidémiologiste. « A l’instar des antirétroviraux, le gouvernement doit instituer une politique de subvention à l’achat des médicaments antidiabétiques ».De mesures, explique-t-il qui allégeraient leur prix, ainsi permettre même aux patients démunis sans couverture sanitaire de s’en procurer. Et d’ajouter : « Une telle politique libérerait le poids des différentes mutualités, parfois, réticentes à couvrir les soins de santé liés à cette maladie ».

Quoique la multiplication des centres spécialisés dans sa prise en charge soit réelle, conclut-il, en amont, la sensibilisation pour une prévention des risques d’atteinte de cette maladie doit chapeauter tous les efforts.

Pour rappel, chaque 14 novembre, le monde entier célèbre la journée dédiée à la lutte contre le diabète.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, la guerre est enfin déclarée

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Covid-19, la guerre est enfin déclarée

« Volte-face, Revirement total, changement de cap … » Des réactions ont fusé de partout après la déclaration du président Evariste Ndayishimiye sur la lutte contre le coronavirus lors de la prestation de serment des ministres du nouveau gouvernement. « (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 294 users online