Société

Covid-19/rentrée scolaire : du pain sur la planche…

11/09/2020 Hervé Mugisha Commentaires fermés sur Covid-19/rentrée scolaire : du pain sur la planche…
Covid-19/rentrée scolaire : du pain sur la planche…
Des élèves en train de s’embrasser.

Malgré les avancées positives de l’évaluation à mi-parcours de la campagne de dépistage massif, la rentrée scolaire a dépeint une autre réalité. Sur certains établissements, expressément, les élèves font fi du respect des gestes barrière.

Loin des bonnes habitudes de ne pas se serrer les mains, d’éternuer dans le creux du coude, ce sont des élèves peu enclins au respect des gestes barrière qui ont retrouvé le chemin des salles de classe, le lundi 7 septembre.

Embrassades, étreintes, câlins à tout va. De l’Ets Kamenge, à l’Ecofo Kibenga en passant par le Lycée du Lac Tanganyika, la joie de retrouver ses camarades de camarade a fait tomber les gestes barrière aux oubliettes. « Le corona est mort », ne cessent de crier les élèves du LLT. Même situation à l’Ets Kamenge. Malgré les mesures pour le lavage des mains, la négligence était au rendez-vous. Tout le monde se saluait par des accolades. De quoi inquiéter les parents présents.

Autour de 2000, l’effectif total des élèves de l’ETS Kamenge, un parent rencontré sur place estime que les autorités scolaires devraient être fermes par rapport au respect des gestes barrière. « Il ne suffit pas de rappeler. Il faut aussi des mesures claires voire des sanctions pour les contrevenants ». Face à cet égarement, insiste-t-il, les risques de contamination augmentent. « Et le prix à payer serait terrible ! ». Des mauvaises habitudes qui risquent de couper dans l’élan les efforts du gouvernement. La barre des 15.000 personnes dépistées ayant été atteinte plutôt que prévu, le ministère de la santé indique : « Dorénavant, l’objectif sera de dépister 30.000 personnes ».

Sensibilisation à tout prix

Bien que le ministre de la Santé se targue de la réduction des contaminations en interne, les experts en santé publique sont unanimes. Sans une sensibilisation-information de fond, le risque d’existence de foyers de contamination est élevé : « C’est un préalable important pour que la population s’imprègne de l’observation des gestes barrière », préviennent ces experts.

Et dans certaines provinces, les témoignages sont évocateurs. Depuis l’apparition de cas positifs, c’est une peur généralisée. Une stigmatisation qui, souvent, s’accompagne de harcèlement moral.

D’après ces témoignages, certains cas suspects refuseraient de se faire dépister. « Un non-sens. Parce que soignés, les malades recouvrent généralement leur santé ».

Pour les experts en santé publique, c’est une situation qui doit changer au plus vite. « Sinon, on pourrait assister à « une chasse aux sorcières » dans le Burundi profond ». A cet effet, ils appellent à l’implication des administratifs à la base. « Ils doivent rassurer, apaiser les esprits. Mais, pour cela, faudrait-il qu’ils soient également formés».

Pour rappel, depuis le début de la campagne de dépistage massif, plus de 24.600 personnes ont été dépistées, 445 ont été testées positives, dont 357 ont recouvré leur santé et 87 encore sous traitement.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Le 25 septembre, le chef de l’Etat anime une conférence publique. La date coïncide avec la période des 100 premiers jours du général-major Evariste Ndayishimiye à la tête du pays des mille et une collines, le Burundi. Très scrutée, cette (…)

Le Burundi en données

IWACU Open Data

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 117 users online