#FREE
EN

Sécurité

Cibitoke : plus de 50 ménages en débandade

06/10/2020 Jackson Bahati Commentaires fermés sur Cibitoke : plus de 50 ménages en débandade
Cibitoke : plus de 50 ménages en débandade
L’armée burundaise poursuit « les bandits armés » à la réserve naturelle de la Kibira.

Une peur panique pousse certains habitants de la commune Bukinanyana à se réfugier dans la commune voisine de Kabarore de la province de Kayanza. Les autorités locales tranquillisent.

La présence des groupes armés signalés ces derniers temps dans la Kibira près de la commune Bukinanyana de la province de Cibitoke, inquiète les populations. Selon une source locale, les habitants notamment des collines de Rtyazo, Kiruhura et Sehe sont sur le qui-vive. « A la tombée de la nuit, un nombre non négligeable de personnes préfèrent aller passer la nuit dans la forêt », se désole un élu collinaire rencontré sur place.

Des informations collectées sur place font état de 52 ménages dont 306 personnes ayant déjà trouvé refuge pour le moment dans la commune de Kabarore de la province de Kayanza. Ce qui est inquiétant, même à Kabarore, comme le précise un octogénaire rencontré sur place, la sécurité reste toujours préoccupante.

Une autre source indique que les activités sont presque au ralenti depuis trois semaines. « Pour preuve, les enfants ne vont plus à l’école et leur encadrement pose actuellement problème depuis la rentrée scolaire», raconte une jeune maman de 5 enfants. Un des enfants rencontrés sur la colline Karuhura dit qu’il ne peut pas aller à l’école alors que des crépitements d’armes lourdes s’entendent dans la Kibira proche de leurs ménages.

L’administration tranquillise

Même son de cloche chez une veille maman trouvée sur la colline Sehe avec 8 enfants à côté de son domicile. Elle dit qu’elle ne dort pas dans la maison. En plus, elle ne fait aucune activité champêtre suite à des coups de feu. Selon les informations de première main, certains habitants proches de la Kibira ne vaquent plus normalement à leurs activités agricoles à la veille de la nouvelle saison culturale. Ils demandent tout de même le renforcement de la sécurité pour éviter la paralysie de leurs activités.

L’administration mène pour le moment des campagnes de sensibilisation pour inciter les populations ayant fui à regagner leurs ménages. « Nos appels semblent porter des fruits disent les autorités de communes voisines, certains habitants sont déjà retournés chez eux », indique avec certitude l’administrateur communal de Bukinanyana.

Selon Christian Nkurikiye, administrateur, la sécurité est déjà maîtrisée dans sa commune et les forces de défense nationale et de sécurité sont à l’œuvre pour neutraliser ces groupes de bandits qui ne cessent pas de perturber l’ordre publique.

D’après ses dires, ce sont les coups de feu tirés à partir de la Kibira à la recherche de ces « bandits armés » qui font peur aux populations et certaines localités ont tendance à fuir. M. Nkurikiye conseille plutôt aux habitants proches de la Kibira d’être vigilants et de signaler à temps tout mouvement anormal.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

“La liberté est la règle, la détention l’exception”

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur “La liberté est la règle, la détention l’exception”

22 octobre 2019, un mardi noir, sombre. Un jour où la vie a été bouleversée pour Agnès, Christine, Térence et Egide. Un jour qui pourrait donner raison à Michel Delpech dans sa chanson : « Il y a des jours (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 033 users online