Société

Burundi/Stupéfiants : khat, une nouvelle drogue saisie par la police

08/02/2020 Jérémie Misago Commentaires fermés sur Burundi/Stupéfiants : khat, une nouvelle drogue saisie par la police
Burundi/Stupéfiants : khat, une nouvelle drogue saisie par la police
Salum Hussein assis à côté de 243 colis de feuilles de khat

A l’issue d’une conférence de presse de ce vendredi 7 février, le porte-parole de la police a présenté un certain Salum Hussein comme narcotrafiquant. Il a été attrapé avec 243 colis de feuilles de Khat.

Ces sont des feuilles encore fraîches qui, à première vue, peuvent être assimilées à du thé, enveloppées dans des feuilles de bananiers. Le porte-parole de la police fait savoir que ces colis ont été saisis le 4 février en commune Isare, colline Benga, province Bujumbura, dit ’’rural’’.

�� Ils ont été saisis à bord d’un véhicule d’un certain Salum Hussein, il venait de les récupérer à partir d’un autre véhicule en provenance de l’extérieur du pays. Ce dernier a précisé que ces feuilles de khat provenait de l’Ouganda », a tenu à préciser Pierre Nkurikiye.

Pour lui, c’est une nouvelle variété de drogue très dangereuse jamais connue au Burundi. « C’est en réalité une substance narcotique plus forte que le chanvre indien auquel nous sommes habitués ».

Le khat est cultivé et consommé, dit-il dans la sous-région comme le Kenya, l’Ouganda, la Tanzanie et surtout en Somalie. Dans certains de ces pays, on l’utilise pour des faits culturels.

Il a ajouté également que cette plante a été interdite de consommation notamment par le Conseil des ministres des pays de l’EAC, l’organisation sous régionale de la police et les bureaux nationaux de la police internationale criminelle (Interpol). Le porte-parole de la police appelle la population à la vigilance et informer la police sur toute chose suspecte.

Le khat contient d’alcaloïde cathinone, un stimulant, qui provoquerait l’excitation, la perte d’appétit et l’euphorie. Les feuilles de khat se mâchent fraîches ou s’utilisent séchées comme infusion.

Parmi les communautés des régions où la plante est indigène, la mastication du khat a une histoire en tant que coutume sociale remontant à des milliers d’années.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) l’a classée en 1980 comme une drogue pouvant entraîner une dépendance psychologique bien qu’il ne considère pas la dépendance au khat comme un problème grave.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Au-delà de Nyarugusu…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Au-delà de Nyarugusu…

Lorsque l’on évoque les pays limitrophes qui hébergent les réfugiés burundais, la tendance est  de ne citer que la  Tanzanie  et  le Rwanda. Les camps de Nduta, Nyarugusu, Mtendeli et Mahama viennent directement à l’esprit. Rares sont ceux qui mentionnent (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 3 160 users online