#FREE
EN

Les billets d'Antoine Kaburahe

Billet – Princesse Esther Kamatari, la lionne qui sait se faire antilope

18/09/2020 Antoine Kaburahe Commentaires fermés sur Billet – Princesse Esther Kamatari, la lionne qui sait se faire antilope
Billet – Princesse Esther Kamatari, la lionne qui sait se faire antilope

Encore une de ces belles rencontres « Au Coin du Feu ». Le journaliste Egide Nikiza en formation à la Sorbonne à Paris a rencontré pour Iwacu la Princesse Esther Kamatari. Le journaliste est encore retourné, émerveillé par son entretien avec son « Altesse Royale », la Princesse Kamatari. Elle tient à son titre. La grande dame ne laisse personne indifférent. Elle sait être une lionne, comme quand elle a attaqué le gouvernement burundais décidé à ramener la dépouille royale de son oncle, le roi Mwambutsa IV, Bangiricenge. Décédé dans son exil en Suisse, le vieux monarque qui avait perdu ses deux fils, les princes Rwagasore et Charles Ndizeye, tous les deux assassinés, avait expressément indiqué dans son testament qu’il ne souhaitait pas que son corps repose au Burundi. La Princesse Kamatari a mobilisé les avocats dans un procès retentissant. La justice helvétique a finalement tranché : le testament du roi a été respecté. Le monarque repose dans un cimetière près de l’aéroport de Genève. Dans cet entretien, elle évoque ce combat et se dit fière d’avoir fait « respecter les dernières volontés du roi. » Cette tragique histoire autour de la dépouille royale m’avait inspiré un article publié dans le journal genevois Le courrier. Mais la lionne sait aussi se faire antilope et gracieuse. Première mannequin noire à Paris dans les années 70, elle a promené son corps et son sourire sur les podiums du monde de la haute couture. Ancrée dans le passé, elle évoque les fastes de la royauté, son géant de père, le Prince Ignace Kamatari qui dit on pouvait « soulever une voiture avec un seul bras. » Elle parle les larmes aux yeux de sa Fota natale près de Mwaro mais son cœur bat en même temps dans un quartier cossu de Paris, à Saint-Cloud, bastion de la droite. Elle fréquente le beau monde, les artistes, les grands couturiers, les présidents. Elle est à l’aise avec les puissants et les anonymes. Elle est altière, entière. Distante et accessible en même temps. « Quand elle est entrée dans le restaurant où elle m’avait donné rendez-vous, tout le monde lui disait respectueusement bonjour Princesse », raconte le journaliste Egide Nikiza. Burundaise à fond, pudique, elle sait trouver les mots pour dire librement ce qu’elle pense.

Incollable sur l’histoire de la monarchie burundaise, on sent comme une blessure à jamais béante. Elle évoque avec passion l’apprentissage de la gouvernance au palais. « A l’époque royale, les gens apprenaient à gouverner, c’est ce que l’on appelait “Gusasa”, ils allaient à la Cour pour apprendre, ils y restaient pendant un certain temps, c’était une école de gouvernance, cette école n’existe plus. Gusasa veut dire “préparer son lit”, ils allaient à la cour, ils apprenaient et cette espèce d’école de formation de gouvernance n’existe plus. Nous avons perdu des repères. » La Princesse Kamatari dit ne pas regretter l’abolition de la monarchie. « Je ne la regrette pas parce que vivre avec des regrets, c’est une perte de temps extraordinaire. Je préfère me fixer vers le futur que de m’appesantir sur les regrets. » Aujourd’hui, elle est à la tête d’une Fondation qui œuvre pour le développement durable, et l’éradication des plastiques noirs dans la ville de Bamako au Mali. Son plus grand malheur serait « de ne pas retourner au Burundi, pays qu’elle n’a plus revu depuis Noël 2010. »

Petite devinette : une Princesse burundaise, naturalisée française, elle vote à droite ou à gauche ? La question lui a été posée… Réponse demain samedi 19 septembre à partir de 8 heures ( heure de Bujumbura) dans votre rubrique « Au Coin du Feu ».

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

“La liberté est la règle, la détention l’exception”

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur “La liberté est la règle, la détention l’exception”

22 octobre 2019, un mardi noir, sombre. Un jour où la vie a été bouleversée pour Agnès, Christine, Térence et Egide. Un jour qui pourrait donner raison à Michel Delpech dans sa chanson : « Il y a des jours (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 122 users online